En poursuivant votre navigation sur notre site internet, vous acceptez que des cookies soient placés sur votre terminal. Ces cookies sont utilisés pour sécuriser votre connexion, faciliter votre navigation et permettre l'élaboration de statistiques. Pour obtenir plus d'information sur les cookies et vous y opposer, vous pouvez consulter notre politique ici.

x

Assurance vie : les nouveaux contrats Vie-Génération

Publié le 07/06/2019
Les assureurs peuvent proposer des nouveaux contrats d'assurance vie appelés Vie-Génération, dont les fonds investis doivent servir à mieux financer l'économie.

Une nouvelle assurance vie en unités de compte

Mis en place depuis septembre 2014, le contrat Vie-Génération est un nouveau contrat d'assurance-vie dits en unités de compte (SICAV, FCP?) comportant donc plusieurs supports financiers. Il a été mis en place par le gouvernement pour favoriser un meilleur financement de certains secteurs de l'économie et encourager les patrimoines les plus importants à investir. C'est pourquoi  ces contrats  comportent pour les épargnants une contrainte : 33% des investissements doivent être réalisés dans des fonds :

  •  contribuant au financement du logement social ou intermédiaire ou
  •  dédiés à des entreprises de taille intermédiaire (ETI), ayant moins de 5 000 salariés ou
  •  concernant l'économie sociale et solidaire.

Ce quota de 33% doit impérativement être maintenu, même en cas de changement de l'allocation des fonds (arbitrage ou rachat partiel du contrat).


L'avantage fiscal accordé
 

En contrepartie, le bénéficiaire d'un contrat Vie-Génération va pouvoir obtenir un avantage fiscal indéniable sur la part qui lui sera transmise lors du décès du souscripteur :

  • abattement de 20% puis
  • abattement traditionnel de 152 500 € qui existait auparavant.

Un contrat Vie-Génération est donc particulièrement intéressant dans les cas où les sommes transmises au bénéficiaire de l'assurance-vie dépassent 152 500 €.

En
effet, depuis le 1er juillet 2014, la fiscalité de l'assurance vie a été alourdie concernant les bénéficiaires d'une assurance vie classique.

  • Pour une somme perçue entre 152 501 € et 852 500 € :  20% doivent être versés à l'administration fiscale, calculée sur la fraction au-delà de 152 501 €
  • Pour une somme perçue excédant 852 500 €  : 31,25 % sur la fraction de part taxable

Exemple : pour un souscripteur souhaitant transmettre un patrimoine de 190 000 €

S'il choisit un contrat. Vie-Génération, le bénéficiaire qu'il aura désigné dans le contrat pourra recevoir à son décès cette somme sans payer aucun droit de succession.

En effet, il bénéficiera :

  • d'un premier abattement de 20% soit 38 000 €, qui laissera donc une somme de 152 000 €
  • deuxième abattement de 152 500 €.


S'il choisit un contrat d'assurance vie classique, le bénéficiaire devra régler 190 000- 152500 =37500 €x20%= 7 500 € de droits de succession.

L'avantage ainsi accordé doit amener les patrimoines les plus importants à souscrire ces nouveaux contrats Vie-Génération, plutôt que de choisir une assurance vie classique, fiscalement moins intéressante pour le bénéficiaire, au décès du souscripteur.

Bon à savoir
Il était possible de conserver l'antériorité fiscale d'un contrat d'assurance-vie classique s'il était transféré dans un contrat Vie-génération d'un même assureur jusqu'au 01 janvier 2016.

 

 

copyright Particulier et Finances Editions mai 2016 Isabelle BUFFLIER