Partagez 
     

 Quelles sont les solutions d'épargne les plus intéressantes ?

Publié le 13/06/2013

Les solutions proposées pour votre épargne sont nombreuses et comportent chacune leurs avantages et inconvénients, qu'il convient de bien évaluer avant de faire son choix. Voici un panorama des placements possibles pour votre épargne, des livrets réglementés aux produits d'assurance vie. Parmi les critères de sélection du produit : les frais (d'ouverture, de déblocage, les frais de gestion ou d'arbitrage), la rémunération de votre épargne ainsi que les différents régimes d'imposition appliqués aux fonds placés.

Les Livrets d'épargne réglementés

  • Le Livret A, livret d'épargne disponible, est rémunéré au  taux de 1,25 % nets depuis le 1er août 2013.  

C'est un compte d'épargne à taux réglementé. Son taux, anciennement fixé par l'Etat seul, est obtenu grâce à une formule de calcul. Depuis février 2008, le taux du livret A est calculé à partir du taux Euribor à 3 mois, de l'EONIA et du taux d'inflation au moins deux fois par an, le 1er février et le 1er aout de chaque année. Toutefois, le gouvernement a toujours la possibilité de déroger à cette formule de calcul théorique pour fixer le taux du livret A. C'est ce qu'il a fait en 2013, en tranchant de façon favorable pour les épargnants, puisque la formule indiquait 1%.

Son plafond est fixé à 22 950 € depuis le 1er janvier 2013. Ses intérêts sont exonérés de tout impôt et de charges sociales.

Attention ! Une même personne ne peut pas détenir plus d'un livret A, mais chaque membre d'une même famille peut avoir le sien.

  • Le Livret Développement Durable (LDD), autre livret d'épargne disponible, permet de capitaliser jusqu'à 12 000 €, et sert un taux d'intérêt de 1,25% (en vigueur depuis le 01/08/2013). Il est plus restreint dans son fonctionnement puisque seuls les contribuables peuvent en détenir un.
  • Les autres livrets d'épargne défiscalisés, le Livret Jeune et le Livret d'Épargne Populaire (LEP), sont plus avantageux mais ne sont pas aussi souples que le Livret A et le LDD.

Ainsi le Livret Jeune, est réservé aux personnes de 12 à 25 ans domiciliées en France (ou par procuration à ses parents). Il permet de placer jusqu'à 1 600 € à un taux d'intérêt variable selon les établissements (en général taux du livret A plus 1 point).

Le LEP est réservé aux personnes les plus modestes qui payent pas ou peu d'impôt (pour 2014, le revenu fiscal de 2012 figurant sur l'avis d'imposition de 2013 ne doit pas dépasser les limites de 18 404 € pour la première part et 4914 € pour la demi-part). Le LEP permet d'épargner jusqu'à 7 700 €. Son taux d'intérêt annuel est de 1,75%. Les intérêts dégagés sont exonérés d'impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux.

En conclusion, les livrets sont des  placements d'épargne sûrs et maniables, les fonds restant disponibles. Ils permettent de défiscaliser une partie de son épargne. Mais, d'une part les plafonds les rendent insuffisants à partir d'un certain niveau d'épargne à placer, et d'autre part, ils ne présentent pas vraiment d'intérêt financier puisque peu rémunérateurs.

Les  placements épargne logements

  • Le Plan Épargne Logement (PEL) et le Compte Épargne Logement (CEL) sont des placements règlementés pour préparer un projet d'achat ou de travaux immobiliers à terme.

Toute personne peut ouvrir un PEL et un seul. Cette personne peut aussi être titulaire d'un CEL à condition que cela soit dans le même établissement bancaire. Le capital placé sur un PEL est immobilisé pendant au moins quatre ans à partir de sa date d'ouverture (tout retrait avant 4 ans entraîne la clôture du PEL).

Son plafond est fixé à 61 200 € et son taux d'intérêt est de 2,5 % bruts (hors prime d'Etat attribuée en cas de prêt épargne logement au bout de 10 ans).  Les intérêts sont exonérés d'impôt sur le revenu jusqu'à la veille du 12e anniversaire du PEL. Les prélèvements sociaux sont dus annuellement, dès la première année du plan.

La durée de détention d'un PEL est par ailleurs limitée dans le temps. Après 10 ans, plus aucun versement ne peut être fait, il ne génère plus de droits à prêt et la prime d'Etat n'est plus calculée. Après 15 ans, il est automatiquement transformé en un livret d'épargne fiscalisé, avec un taux de rémunération fixé par la banque. Il perd alors son intérêt qui est de fournir un apport personnel privilégié pour une demande de crédit immobilier.

  • Le CEL est moins rémunéré, 0,75 % brut (hors prime d'Etat) et son plafond est fixé à 15 300 €. Le capital peut être placé pour une durée illimitée. Dès 18 mois d'épargne, vous pouvez demander un prêt Epargne Logement.

Ces deux placements ne sont intéressants que si vous projetez d'acheter un bien immobilier à terme, sans quoi cela revient à ouvrir un compte bloqué avec un taux d'intérêt peu intéressant.
Ainsi, l'épargne sur livret doit, de manière générale, être considérée comme une épargne de précaution, à l'inverse de l'assurance vie

L'assurance vie

Moins souple dans son fonctionnement que le livret d'épargne, l'assurance vie est plutôt utilisée pour se constituer, à moyen ou long terme, un complément de revenus ou un capital à transmettre. Les avantages fiscaux relatifs à ce dispositif en font aujourd'hui l'un des produits d'épargne ou d'épargne-retraite préférés des Français.

Pour optimiser ce moyen d'épargne, il est crucial de choisir avec soin son contrat d'assurance vie, en comparant les taux de rémunération et les frais.

En assurance vie, il existe  plusieurs types de contrats  dont les contrats monosupports, comprenant un seul support d'investissement en euros, et les contrats multisupports, composés d'au moins un fonds en euros et de plusieurs supports exprimés en unités de compte (OPCVM, actions, obligations, parts de sociétés immobilières). Le premier est l'option la plus sécurisée mais sa rémunération reste assez limitée.

Les contrats multisupports ont généralement les fonds en euros les plus rémunérateurs du marché ; certains proposent plusieurs fonds en euros. De plus, en tant que placement à long terme, les contrats d'assurance vie multisupports offrent un panel de choix de placements plus large qu' un contrat d'assurance-vie monosupport. En effet, vous pouvez choisir entre la sécurité en plaçant la totalité de votre épargne sur le fonds en euros pour sécuriser à 100% votre placement, et/ou panacher vos investissements entre les unités de compte et le fonds sécuritaire, vous permettant ainsi de profiter d'opportunités de marché pour dynamiser votre épargne.

 


Par 

Besoin d'éclairage

sur un sujet d'assurance ?

Toute une communauté

peut y répondre !

Posez votre question