Partagez 
     

 Quelle prise en charge des complémentaires santé pour les maladies liées à la pollution ?

Publié le 23/04/2014

De nombreuses études permettent aujourd'hui d'affirmer que, même à des niveaux faibles, la pollution a des effets néfastes sur la santé. Effets irritatifs immédiats des pics de pollution (maux de gorge, toux, irritation des yeux), fragilisation de l'état de santé global des plus jeunes au plus âgés qui peuvent conduire à des hospitalisations, voire à des décès, les conséquences affectent une part croissante de la population. Comment les complémentaires d'assurance santé prennent désormais en compte ces facteurs de risques ?

Quelles sont les maladies les plus fréquentes liées à la pollution et leur prise en charge ?

Il existe trois types de maladies liées à la pollution : l'asthme, les bronchites induites par une hypersensibilisation des bronches à la pollution et les rhinites allergiques, déclenchées par une exposition allergénique élevée. Chaque maladie nécessite un parcours de soin particulier :

  • L'asthme : quand il relève de l'insuffisance respiratoire chronique grave, les soins sont remboursés à 100% par l'Assurance Maladie.  A l'inverse, pour l'asthme chronique, la Sécurité sociale n'effectue aucune prise en charge particulière malgré le coût de certains médicaments. Seule une assurance santé individuelle permettra un meilleur remboursement.
  • Les bronchites : sa prise en charge dépendra de la gravité de la maladie. Pour les bronchites aiguës, après une visite chez son médecin traitant, le diagnostic pourra être confirmé par une radiographie du thorax. Cet acte est remboursé à 70 % par la Sécurité sociale, les 30 % restant étant remboursés par la complémentaire santé. Les bronchites les plus sévères peuvent être prises en charge à 100 % si elles entrent dans le protocole de soins en tant qu'affectation longue durée (ALD).
  • Les rhinites allergiques : la consultation chez un allergologue est remboursée à 70 %. L'assurance santé pourra ensuite prendre en charge le remboursement des éventuels dépassements d'honoraires de l'allergologue et des soins.

Si le soin prescrit est une cure thermale, celle-ci sera prise en charge par l'Assurance maladie dès lors qu'elle entre dans la liste des douze domaines thérapeutiques remboursés, sachant que les voies respiratoires (allergies, asthme, rhinites allergiques…) figurent dans la liste.

Bon à savoir : Le taux de remboursement des frais médicaux varie en général de 35 à 70 % selon les barèmes établis par la Sécurité sociale. Ce barème est minoré si les dépenses n'ont pas été engagées dans le cadre du parcours de soins coordonnés c'est-à-dire  sur prescription du médecin traitant.

Le «ticket modérateur» désigne la part qui reste à votre charge, et qui comprend aussi une franchise médicale (1€ pour une consultation, 0,5€ pour un médicament, 18€ pour une journée d'hospitalisation).

Quelle assurance complémentaire santé choisir ?

La Sécurité sociale ne prend en charge qu'une partie des frais de santé. L'assurance santé vient donc en complément des remboursements de l'Assurance maladie.  Le montant des remboursements des assurances santé va dépendre de la nature des frais engagés et des garanties et formules du contrat choisi.

Il est donc très important de choisir son assurance santé en fonction de sa pathologie et d'étudier ses conditions générales afin de savoir précisément ce qu'elle remboursera et à quelle hauteur.


Bon à savoir !

Quelles différences entre une mutuelle de santé et une assurance santé ? Les deux poursuivent le même but : compléter tout ou partie des remboursements de la sécurité sociale afin d'assureur une meilleure prise en charge des soins de santé. La seule différence réside dans leur nature juridique. La mutuelle santé est régie par le Code de la Mutualité tandis que l'assurance santé par le Code des assurances.

Copyright Isabelle Bufflier


Par