Partagez 
     

 Prime d'assurance : comment est-elle calculée ?

Publié le 30/09/2014

La prime d'assurance, c'est le prix à régler par l'assuré en échange de la garantie des risques définis par le contrat. Plus le risque est élevé, plus la prime est chère.

 

Les risques permettant d'évaluer la prime d'assurance dépendent en grande partie des réponses donnés par l'assuré dans le questionnaire de la proposition d'assurance. C'est pourquoi l'assureur exige de votre part une  grande sincérité. À défaut, il peut encourir de graves sanctions : annulation ou résiliation du contrat, remboursement des garanties déjà versées, dommages et intérêts, poursuites pénales pour escroquerie…

La prime d'assurance contient deux parties : la prime pure ou technique, les frais annexes appelés chargement de la prime.

La prime pure ou technique

C'est l'élément essentiel de la prime. Elle prend en compte la probabilité que survienne le  risque en s'appuyant sur un élément appelé taux de prime.  Celui-ci est établi scientifiquement, au moyen d'études effectuées par des professionnels spécialisés en statistiques, appelés actuaires.

Le taux de prime consiste alors à multiplier la fréquence observée des dommages ou sinistres par le coût moyen constaté les années précédentes (historique des indemnisations des assureurs).
 

Exemple

Le propriétaire d'une maison souhaite assurer sa maison contre l'incendie. L'assureur étudie la fréquence des incendies intervenus l'année précédente. Par exemple, supposons qu'il y en ait 20 maisons sur 10 000 assurées. La fréquence des incendies est donc de 20/10 000.

Il regarde ensuite ce qu'il a versé au titre des sinistres incendie intervenus l'année précédente. Il a dû ainsi verser en moyenne aux assurés 70% du montant des biens assurés.

Ainsi, pour 1 000 € assurés, le taux de prime est donc 20/10 000 x 70% x 1 000, soit 1,4.

Dans la mesure où toutes les compagnies d'assurance ou les mutuelles n'ont pas les mêmes statistiques, les primes peuvent donc varier.

Bon à savoir

En l'absence de statistiques suffisantes, lorsqu'une nouvelle assurance est mise sur le marché, la prime pure sera souvent élevée car il est difficile de chiffrer le risque.

Le taux de prime doit ensuite être corrigé en fonction du domaine ou des biens visés . C'est ce qu'on appelle l'assiette de la prime. Elle varie suivant que l'on se trouve en assurance de biens ou de personnes ou encore en assurance de responsabilité (variable suivant la personne assurée …).

Exemple

Dans l'exemple précédent, pour une maison traditionnelle le taux de prime était de 1,4. Toutefois celui-ci peut être plus élevé si la maison présente des risques plus importants. C'est le cas si elle est en bois et que, le nombre de maisons en bois incendiées a été plus important.

Les frais annexes à la prime pure

La prime pure est complétée par des frais annexes appelés "chargement" :

  • des frais commerciaux, comme les frais de gestion et d'administration (autour de 17%), des frais d'acquisition du contrat (rémunération des agents d'assurance et des courtiers, autour de 12%), la rémunération du capital social dans les sociétés par actions (2%). Tous ces frais ne sont pas négligeables et représentent autour de 30% de la prime en assurance de dommages et 13% en assurance-vie.
  • des frais fiscaux, impôts et taxes variant suivant le type d'assurances (de 9 à 35% en moyenne).

En souscrivant une assurance par Internet ou en pasant par un couritier, il est souvent possible de diminuer les frais annexes.


copyright Particulier et Finances Editions décembre 2015 Isabelle BUFFLIER

Par