Partagez 
     

 Grêle, inondations, tempête ... : comment obtenir l'indemnisation de l'assurance ?

Publié le 12/09/2016

les évènements climatiques violents se multiplient quelles que soient les saisons. Grêle, tempête, inondations sont fréquentes et le plus souvent, durant les vacances des propriétaires ou des locataires. Vos fenêtres ont volé en éclat, une partie de votre toit a disparu, votre cave est inondée… Pas de panique. Gardez la tête froide et suivez les conseils suivants.

Le logement et la multirisque habitation

Que vous soyez propriétaire ou locataire, si vous avez souscrit un contrat multirisque habitation, vous êtes couvert  contre les dommages occasionnés par :

Un bémol : les inondations. Une garantie catastrophes naturelles est obligatoirement comprise dans votre contrat. Mais elle n'intervient en cas d'inondation que si un arrêté de catastrophe naturelle a été pris par les pouvoirs publics. A défaut, c'est un risque considéré comme inassurable et vous n'êtes pas indemnisé.


Les véhicules auto/moto et l'assurance aux tiers ou tous risques

Votre véhicule a subi des dommages ? Faites jouer votre assurance automobile ou moto. Mais attention, tout dépend de l'assurance que vous avez souscrite :

  • avec uniquement une assurance dite aux tiers, vous n'êtes garanti ni contre la grêle, ni contre la tempête, encore moins contre les inondations. Cette assurance au tiers ne comporte pas la garantie catastrophes naturelles,
  • en revanche, avec une assurance de dommages au véhicule ou une assurance tous risques, les dommages causés par la grêle ou par une tempête sont indemnisés suivant votre contrat. En cas d'inondation, vous êtes couvert si un arrêté de catastrophes naturelles paraît.

Vos démarches : rapidité, exhaustivité, précaution

En vue de votre indemnisation et pour mettre toutes les chances de votre côté, suivez les conseils suivants :

  • déclarez rapidement les dommages.
    Pour la grêle et la tempête, vous devez déclarer dans les 5 jours à compter de la constatation des dégâts.
    Pour les inondations, le délai est doublé : 10 jours mais à compter de la parution de l'arrêté au Journal officiel de reconnaissance de l'état de catastrophes naturelles.

Pour la forme, optez pour la lettre recommandée avec accusé de réception. Certains assureurs se contentent d'un coup de téléphone pour ouvrir le dossier. Mais confirmez toujours votre sinistre par un écrit,

  • listez et estimez vos dégâts précisément. Joignez le maximum de précisions (photos, témoignages du voisinage…) et d'éléments de preuve (ex : factures, cote argus du véhicule, attestation d'un garagiste ).

Si vous devez remettre en état rapidement votre logement, prenez des photos avant et gardez bien les factures des matériaux ou de l'intervention de professionnels,

  • sauvegardez les biens restants (bâchage du toit, colmatage…). L'assureur peut en effet vous tenir rigueur de votre négligence et ne vous indemniser que d'une partie du dommage, en invoquant le fait que votre comportement l'a aggravé.

L'indemnisation variable des dégâts

L'étendue de votre indemnisation dépend de votre assurance.  Soit elle prend en compte la valeur à neuf de vos biens ou du bien; elle applique un coefficient de vétusté. Suivant le montant des dégâts, un expert professionnel peut être désigné pour fixer leur montant. Les clauses de votre contrat peuvent prévoir une franchise, ne permettant l'indemnisation qu'au-delà d'une certaine somme. En matière de catastrophes naturelles, la franchise fixée par la loi s'élève à 380 € pour les biens relatifs à l'habitation et aux véhicules à moteur. Il existe aussi des plafonds maximum d'indemnisation, laissant à votre charge une partie du sinistre.
 

Bon à savoir

Les délais d'indemnisation varient, mais en matière de catastrophes naturelles, la loi fixe un délai maximum de 3 mois à compter de la remise de l'état estimatif des dégâts ou de la publication de l'arrêté déclaratif correspondant.

En savoir plus : Pensez à déclarer à temps vos sinistres



Copyright Particulier et Finances Editions mai 2016 Isabelle BUFFLIER

Par