Partagez 
     

 Etudier à l'étranger : trouver la bonne assurance

Publié le 12/09/2016

Vous partez étudier à l'étranger ? Que ce soit en Europe ou plus loin, il vous faut une bonne couverture santé. Mais vous aurez aussi besoin d'un toit, seul ou en colocation, et donc aussi d'une assurance habitation. Le point sur tout ce qu'il faut savoir avant de partir.

La bonne assurance santé en Union européenne

Dans un pays de l'Union européenne ou assimilé (Suisse, Lichtenstein, Islande, Norvège), vous pouvez bénéficier des mêmes soins de santé publics que les ressortissants locaux. Pensez à demander au moins 15 jours avant votre départ, auprès de votre caisse d'assurance maladie ou de votre mutuelle étudiante, la carte européenne d'assurance maladie (CEAM). Entièrement gratuite, cette carte est valable 1 an, dans les 28 Etats-membres de l'Union européenne ainsi qu'en Suisse, au Liechtenstein, en Islande et en Norvège. Elle vous dispense d'effectuer des démarches auprès des institutions de santé publique du pays d'accueil.

Sachez toutefois que cette carte ne couvre ni les soins de santé privés, ni les coûts d'un éventuel vol retour dans votre pays d'origine (rapatriement) ou encore la perte ou le vol de vos biens. Elle ne vous garantit pas davantage la délivrance d'un traitement qui vous aurait été prescrit en France.

N'oubliez de garder vos factures. En effet, si certains soins ne vous ont pas été remboursés sur place, il se peut que votre caisse d'assurance maladie vous les rembourse selon les tarifs en vigueur en France.

Astuce

Pensez à télécharger gratuitement l'application (compatible IOS et Androïd) « Carte européenne d'assurance maladie », créée par la Commission européenne. Elle vous renseigne sur la couverture sociale par pays ainsi que sur les démarches à réaliser pour des consultations, des soins ou l'hospitalisation.
 

Hors de l'Union européenne,

Deux cas de figure sont possibles :

  • vous êtes inscrit dans un établissement d'enseignement français et partez dans le cadre d'un programme d'échanges. Dans ce cas, vous restez affilié à la Sécurité sociale étudiante française qui vous rembourse sur la base des tarifs en vigueur en France,
  • vous êtes inscrit dans un établissement supérieur étranger. Vous n'êtes alors plus rattaché au régime de santé français et devez vous inscrire auprès du régime de santé local. Mieux vaut alors bien se renseigner avant de partir sur les conditions de prise en charge et de remboursement de vos éventuels frais de santé. Ils sont très variables suivant les pays.

Bon à savoir

Sachez que dans certains pays ou régions, des accords ont été passés avec le gouvernement français. Au Québec par exemple, vous bénéficiez d'un dispositif particulier et pouvez vous faire rembourser par la Sécurité sociale française sans adhérer à la Sécurité sociale étudiante du Québec.


Et une complémentaire santé, est-ce indispensable ?

Dans la plupart des pays d'Europe, les soins que vous recevrez dans les établissements publics ou conventionnés sont gratuits. Toutefois, dans d'autres pays, comme la Suisse ou les États-Unis, ils sont payants et souvent très coûteux. Mieux vaut alors souscrire une complémentaire santé adaptée.

Renseignez-vous auprès des mutuelles étudiantes qui peuvent vous couvrir en France comme à l'étranger. Certaines assurances voyage, spécialisées dans la couverture des étudiants peuvent aussi vous garantir contre tous les risques encourus pendant votre séjour. Elles comprennent souvent une couverture de vos risques santé, intégrant parfois la prise en charge de frais de rapatriement.

Et pour l'assurance habitation ?

Vous allez devoir vous loger pendant votre séjour à l'étranger. Devez-vous souscrire une multirisque habitation ? Tout dépend de la longueur de votre séjour :

  • jusqu'à 3 mois à l'étranger, quel que soit le pays, la garantie voyage/villégiature de votre assurance habitation souscrite en France peut vous protéger. Vérifiez bien que c'est  le cas et qu'elle couvre tant les dégâts que vous occasionnez (responsabilité civile) que les dommages subis par vos biens personnels et jusqu'à quelle limite (plafond de responsabilité).
  • au-delà de 3 mois de présence à l'étranger, vous devez souscrire une assurance locale. Renseignez-vous auprès des associations étudiantes ainsi que l'établissement d'enseignement qui vous accueille. Ils ont souvent déjà sélectionné les meilleures offres.

Bon à savoir

Si vous gardez votre logement en France, soyez vigilant sur les termes de la clause d'inhabitation de votre multirisques habitation. En fonction de la durée de votre absence, l'assurance risque de ne pas prendre en charge les dégâts causés pendant votre absence prolongée.

En savoir plus : Stages en entreprise : faut-il assurer votre enfant ?

 

copyright Particulier et Finances Editions mai 2016 Isabelle BUFFLIER

Par